Comment je crée un concept

CREATION

Ma démarche créative

Que ce soit lorsque je dessine, que je peins, ou que je prends des photos, ma démarche créative est toujours plus ou moins identique : souvent un détail ou un élément devient la pierre d’angle de toute ma création, le big bang qui mène au résultat final.

La création est une façon de me raconter sans rien dévoiler, de montrer ce que je vois dans le monde et ce que j’imagine. Mais elle est aussi un dialogue car chaque personne percevra des choses différentes à partir d’une seule et même création. Les goûts, mais aussi les références culturelles vont permettre un véritable échange entre les différents spectateurs d’une même œuvre et avec le créateur même. L’art a également cette dimension cathartique qui nous permet d’exorciser certaines émotion au contact d’une œuvre de l’esprit.

 

Je vais ici vous expliquer ma façon de créer les concepts de portraits artistiques de l’idée à la photo elle-même. Chaque photographe a son processus de création et celui-ci n’engage que moi.
C’est également une façon pour vous de voir comment je travaille quand vous me demander d’élaborer un concept pour vos photos.

1. Le
mini
bang

Photographe Portrait artistique france

Généralement tout commence avec un élément. Un détail, une musique, un événement une étincelle d’inspiration. Parfois ce n’est pas le cas et je dois chercher cet élément. Si je l’appelle le “mini bang”, c’est parce que cet élément déclenche instantanément une explosion mentale : soudainement une énorme quantité de matière intellectuelle apparait et se met à tourner dans ma tête. Je visualise des choses et peu à peu je commence à organiser mes pensées afin de créer un résultat cohérent

La série de photo ci-contre a pour point de départ le fait de savoir que l’élément dans lequel la modèle se sentait le plus à l’aise est l’eau. 

2. La naissance d'un narratif mental

Photographe Portrait artistique france

Pour cette série, le narratif mental était le suivant : Cassiopée, la reine des océans se rend sur terre à la recherche de quelque chose. Elle est chez elle sur cette plage, entre la mer, la terre et le ciel. Elle règne sur tout ce qui touche la mer et se prélasse dans cette partie de son royaume ou elle vient peu.

Une fois que tous les éléments visuels et intellectuels flottent et tourbillonnent dans ma tête vient le moment de les ordonner. Sans chercher longtemps, les associations d’idées, les musiques, les atmosphères et les couleurs apparaissent et se mettent en place, parfois nécéssitant un effort mental de ma part. D’autres fois certains éléments sont des fuels de création mais le spectateur ne le verra pas, ne l’entendra pas forcément, comme la musique par exemple.

Le narratif

Doucement une histoire se met en place dans ma tête. Bien qu’elle soit souvent floue, elle peut-être par exemple l’image d’une personne dont le passé, la vie ou la personnalité transparait visuellement au travers de ses vêtements, son apparence, son attitude. Et ce sont ces caractéristiques physiques que le spectateur voit, in fine. Je prend soin de toujours garder ce narratif dans ma tête afin de mener le concept jusqu’au bout. Cependant je n’ai pas besoin de le pousser jusqu’au détail. J’aime qu’une part de mystère demeure car c’est dans cette partie de mystère que le spectateur s’identifiera.

3. La formation
de l'univers

Tous les éléments ont été imaginés puis amenés par la modèle ou moi-même. Jusqu’à l’huile sur la peau pour faire perler l’eau.

Photo mode

Je commence à concrètement construire mon univers autour du mini bang et du narratif. 
Ils sont la base sur laquelle j’érige ma création. Je pense à chaque détail comme une brique qu’on apporte à l’édifice :
– Le lieu de shooting
– Une couleur ou une ambiance pré-dominante
– Du maquillage ou pas de maquillage
– Des tenues, parfois du nu
– Quelques accessoires ou non.
Et de là j’élabore avec ce que je possède ou ce que la modèle possède. Si nécéssaire, je fais des achats, mais j’évite. Si nécéssaire également, je vais même en repérage sur les lieux afin d’y comprendre la lumière et d’y imaginer des plans.

4. La prise de vue

Tous les éléments ont été imaginés puis amenés par la modèle ou moi-même. Jusqu’à l’huile sur la peau pour faire perler l’eau.

Photo portrait artistique

Nous commençons la prise de vue lors de laquelle je guide le modèle. Parfois, je fais part du narratif au modèle, mais pas forcément, car il peut être flou. Le/la modèle peut imaginer des choses qui lui paraitront être l’équivalent de se déguiser ou de jouer à faire semblant.
L’esthétique que je recherche, je la connais. Les modèles ont eux, besoin de connaitre plutôt le type d’attitude à adopter.
Souvent, je réalise des moodboards avant la séance de façon à ce que le modèle ait de quoi imaginer le résultat que j’ai dans ma tête.
Au fur et à mesure de la séance, nous élaborons, collaborons, utilisons ce qu’il y a autour de nous afin de rendre plus riche l’histoire qui est racontée.

5. Histoire de digression

Ici, le simple changement de la jupe et de la coiffure permet une ambiance radicalement différente.

Photographe portrait france

Parfois, au grès de la séance, de nos exploration, de l’utilisation de nos accessoires, il arrive souvent que l’on digresse. Souvent je rajoute des éléments, je me sers de quelque chose que je n’avais pas prévu d’utiliser, je me rend dans un endroit différent…
Et c’est parfois là qu’apparaissent de belles choses.
Les digressions de mon narratif originel m’emmènent à écrire des histoires dérivées.
Grâce à cela, nous bénéficions de plusieurs “sets” de photos au sein d’une seule séance.

6. Le filtre de ma perception

Photo bijoux

Une fois que la séance photo a été réalisée, il est temps pour moi d’appliquer une retouche légère qui insufflera mon âme et ma perception, mon univers artistique à la photo.

Un peu de hasard ne fait de mal à personne

Il serait trompeur d’affirmer (en tout cas en qui me concerne) que rien ne repose sur le hasard lors d’une séance photo. Déjà, les mini bangs sont par fois le résultat du plus grand hasard… Ensuite, lors de la séance photo il se passe des choses imprévues, résultats d’une symbiose entre le lieu, les choix artistiques, le modèle et le photographe.
En résulte des photos inattendues, des images qui reflètent autant l’idée que le moment de la séance, en tant qu’expérience humaine.

Pour réussir à mieux créer, selon moi il faut notamment s’entraîner à :
– créer de nouvelles choses
– maitriser la technique
– Faire avec ce qui nous tombe sous la main
Mais aussi
Essayer de se libérer de ce que nous nous imposons nous même (performance, ultra originalité tout en restant dans les codes ! -donc disons-le, impossible…-, technique parfaite…)
Et surtout…
Laisser la place à l’inspiration de l’instant et à la sérendipité* artistique !

*nom féminin (anglo-américain serendipityCapacité, art de faire une découverte, scientifique notamment, par hasard.